Un Saint-Pourcinois sur la Paris-Brest-Paris pour ses 50 ans

4505792
Le mercredi 9 octobre 2019


LA MONTAGNE

Le Saint-Pourcinois Philippe de Crécy a participé à la randonnée mythique Paris-Brest-Paris. Un rendez-vous pour lequel il s’est longuement préparé et qu’il a souhaité partager.


Amateur de la Petite reine, Philippe de Crécy a voulu s'offrir un beau cadeau pour ses 50 ans : participer à la Paris-Brest-Paris, une randonnée cyclotouriste de 1.200 km.

D'abord réservée aux cyclistes professionnels qui la délaisseront au fil des années, la course créée en 1891 s'adresse depuis les années 50 aux cyclotouristes et attire maintenant des milliers de participants venus du monde entier.

« Je voulais marquer  le coup pour mes 50 ans »

« Un membre du club, l'ARCCSP (*), m'avait parlé de cette course qui se déroule tous les quatre ans. Ça me faisait très envie et je voulais marquer le coup pour mes 50 ans, sourit Philippe de Crécy. Quand on ne connaît pas, ça a l'air un peu marteau ! »

Pour concourir, le Saint-Pourcinois réalise plusieurs brevets qualificatifs de 200 à 600 km : « Je les ai tous fait en double en réalité, je voulais m'assurer de pouvoir participer ».

L'affaire est sérieuse pour celui qui a commencé sa préparation il y a plus d'un an et a parcouru plus de 9.000 km entre février et août sur son deux roues. Son inscription validée, le projet est maintenant très concret.

Cette aventure, le cycliste amateur choisit de la vivre seul, sans assistance. « Certains sont accompagnés tout le long, suivis en voiture ou camping-car par des proches. Je ne voulais pas de ça. Je ne voulais pas perturber ma famille ni être perturbé ».

Le 18 août dernier, il fait partie des 6.673 cyclos qui s'élancent depuis la Bergerie nationale à Rambouillet. « La course débute de nuit, j'avais peur que ça soit problématique par rapport à mon sommeil, mais pas du tout ». La particularité de cette course est qu'elle peut être réalisée de façon libre, l'essentiel étant bien sûr de suivre le tracé et les points de contrôle et en moins de 90 heures. « Certains réalisent la course sans dormir. Je m'octroyais 3 heures parce que ça correspond à mon rythme de sommeil. Une bonne douche, un bon repas, un somme et on repart ».

Un peu comme les coureurs du Tour de France du début du siècle dernier, le cyclotouriste expérimente les longues heures de pédalage dans la nuit sombre et silencieuse, mais également le vent et le froid avec « seulement 5° à l'aube ».

« On roule  comme on peut »

Ce qui le fait tenir ? Penser à ce qui l'entoure, « les magnifiques paysages », mais aussi « la famille et les copains du club qui pensent à nous et puis on est dans son monde. On pense aux étapes, à la moyenne… »

Beaucoup tombent d'épuisement au fil de la course : « On en voit certains tomber d'un coup ou dormir dans les fossés. On est tellement fatigués, on roule comme on peut, mais j'ai eu la chance de n'avoir aucun pépin physique ou mécanique ».

Un quart des participants abandonnent ou arrivent hors délais et n'ont pas le plaisir ressenti par Philippe lorsqu'il est parvenu à terminer son périple en 73 heures 36 minutes et 12 secondes précisément. L'envie de recommencer est déjà présente dans son esprit.

(*) Amicale des Randonneurs Cyclotouristes en Pays Saint-Pourcinois .

LA MONTAGNE

Suivez-nous

BonPlanLocal

Calendrier

<novembre 2019>
LUNMARMERJEUVENSAMDIM
123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930

L'association

Soyez des bénévoles d'un jour !

  • annonce-215800
    Vous aimez la convivialité, venez rejoindre l'équipe des bénévoles pendant les manifestations. Faites-nous profiter de votre savoir-faire ou...

Pour informations ...

NewsLetter

Inscrivez-vous pour recevoir, avant tout le monde, les nouveautés.